Nous sommes en train de détruire la terre

Inefficace, destructrice, nocive - rien ne pollue la nature autant que la production d'aliments d'origine animale.

Des terres en quantité disproportionnelle

La production d'un kilo de viande nécessite en moyenne plus de dix kilos de céréales. L'animal d'élevage consomme presque tous les nutriments qu'il absorbe. L'exemple du bétail le montre clairement : seulement 10 % environ des protéines consommées, 1 % des glucides ajoutés et 0 % des fibres consommées sont encore présents dans la viande. C'est un énorme gaspillage d'aliments précieux : selon les estimations de l'OMS, nous ne pourrions nourrir la population mondiale entière qu'avec le blé produit annuellement. Le détour par l'estomac d'un animal se moque ainsi de nos semblables affamés. 

Du fourrage à la place d'aliments

La Suisse importe plus d'un million de tonnes d'aliments pour animaux par an. 300.000 tonnes de ce produit sont du soja, presque exclusivement du Brésil cultivé au détriment de la forêt tropicale. Tobias Riedl, expert forestier chez Greenpeace, résume les problèmes écologiques de l'élevage industriel : "La jungle est littéralement dévorée par le bétail. Cette folie doit être arrêtée immédiatement, faute de quoi elle aura des conséquences désastreuses pour le climat mondial et la préservation de la biodiversité" Cependant, nos animaux d'élevage ne sont pas encore satisfaits des seules importations. Plus de 70 % des terres agricoles suisses ne sont cultivées que pour l'alimentation animale.

Extinction massive des espèces

De plus en plus d'animaux sont gardés dans des zones de plus en plus petites. Egalement en Suisse. Cela a deux effets : premièrement, nous perdons de vue les animaux en raison des grandes écuries pour l'intimité et les endroits éloignés. Deuxièmement, nous sommes aux prises avec le problème de l'élimination des sous-produits, y compris, par exemple d'énormes quantités de fumier. Si les animaux avaient suffisamment de place dehors, ces excréments se répandraient sur une vaste superficie et enrichiraient notre écosystème. Jetés en masse sur les champs, il y a des excédents et des carences : l'augmentation de la teneur en azote tue de nombreux micro-organismes. Cela réduit la fertilité du sol. Et cette dernière à son tour la biodiversité de la flore et de la faune.

Antibiotiques dans les légumes

Afin d'éviter la présence de résidus d'antibiotiques dans la viande, les animaux traités ne peuvent être abattus qu'après un délai de grâce. Les excréments directs, par contre, finissent dans nos champs et dans notre écosystème. Ce que cela signifie n'a pas encore fait l'objet de recherches précises. Est-ce que cela mène à de nouveaux pathogènes résistants ? Quels sont les effets sur les légumes, les fruits ou les aliments pour animaux ?

Subvention non requise

Notre façon de produire des aliments s'est enlisée au cours des dernières décennies par une politique de subventions. De nombreux produits d'origine animale sont produits, qui ne sont pas compétitifs mais qui demandent en plus beaucoup de travail. Dans toute autre profession, la recherche d'alternatives plus rentables se poursuivrait depuis longtemps. Mais dans ce cas, le soutien financier de la communauté - les subventions des contribuables - est suffisant. Les produits végétaux préservent également les ressources financières.


Alle Infos auch zum weitergeben in unseren beiden Broschüren: Hier kostenlos bestellen.