Et le poisson ?

En Suisse, on consomme 69'659 tonnes de poisson par an, dont 1579 tonnes de provenance suisse. Le reste est pêché des océans, des lacs et des rivières à l'étranger.

Fisch

Elevage intensif à l'eau
Une grande partie du poisson importé en Suisse provient d'exploitations piscicoles qui utilisent des méthodes industrielles très similaires à celles utilisées dans l'agriculture moderne : dans la plupart des cas, une seule espèce (= monoculture) est cultivée à l'aide d'aides techniques extensives et de produits chimiques dans un espace très restreint. Des halls pour les grands réservoirs d'eau sont en cours de construction à cet effet. Les écloseries fécondent le frai dans des éprouvettes, les œufs sont éclos dans des bacs ou des récipients en verre. Dans les baies et en pleine mer, de grandes zones sont encombrées et ainsi transformées en "pâturages à poissons". Les champs, sur lesquels poussaient autrefois les céréales, sont entourés de remparts, inondés et occupés par les poissons.

90 pourcents de populations sont surpêchées

Selon le WWF, 90 pour cent des stocks de poissons exploités commercialement dans le monde devraient en fait être conservés : près d'un tiers sont surpêchés, 61% sont pêchés jusqu'à la limite. Les conséquences des mers vides : les baleines, les phoques et les ours polaires ne peuvent plus trouver de nourriture. Contrairement aux humains, ils dépendent de la nourriture des poissons pour survivre. Comme la plupart des espèces de poissons élevées pour la consommation humaine sont elles-mêmes carnivores, elles sont nourries avec des poissons qui ne servent pas directement à l'alimentation humaine. Cela aggrave encore le problème de la surpêche.

Problème de santé : toxines

Le poisson stocke de grandes quantités de métaux lourds toxiques comme le mercure et le cadmium. La Food and Drug Administration (FDA) américaine déconseille donc aux femmes enceintes et à celles qui prévoient le devenir de manger certaines espèces de poissons dans l'intérêt de la vie à venir, car les toxines causent des dommages à long terme au système nerveux central des nouveau-nés. Il est également conseillé aux mères qui allaitent et aux jeunes enfants de ne manger que de petites quantités de poisson. Cependant, ces toxines ne sont pas totalement inoffensives, même pour les adultes en bonne santé.

Les poissons ressentent la douleur                  

Souvent, les poissons ne sont pas considérés comme des créatures capables de souffrir parce que nous n'entendons pas leurs cris. Les chercheurs ont découvert que les animaux ressentent la douleur et le stress de la même façon que les humains. Par exemple, 58 récepteurs de la douleur ont été découverts à la tête de la truite arc-en-ciel, qui a réagi à au moins un facteur. Lorsque ces récepteurs ont été stimulés, les poissons ont montré des mouvements de contraction et se sont frottés les lèvres contre les parois de l'aquarium. Au lieu de sons, les poissons montrent leurs émotions à travers des caroncules, des bouches ouvertes, des pupilles dilatées ou rétrécies ou des changements de couleur. Les poissons sont aussi des créatures extrêmement intelligentes. Les requins, par exemple, peuvent apprendre certaines choses plusieurs fois plus vite que les chats. Leur instinct de jeu est également extrêmement prononcé : de nombreuses observations montrent que les poissons sont non seulement instinctivement à la recherche de nourriture tout au long de la journée, mais qu'ils s'adonnent aussi à des activités qui leur semblent tout simplement amusantes.

Consommation : 69'659 tonnes de poissons

Sur les 69'659 tonnes de poisson consommé, 1579 tonnes proviennent de Suisse. Le reste provient des océans, des lacs et des rivières à l'étranger.

Sources/plus d'infos:


Toutes les infos dans nos deux brochures à partager: Commandez ici gratuitement.