poisson

Autres animaux de rente

esperance vie

Quels animaux mangeons-nous ?

Selon les cultures, on mange certains animaux et pas d'autres. Chez nous, à part les porcs, les bovins, les poissons et les poules on trouve aussi les espèces suivantes au menu :

Moutons

Pour la fête de la vie (Pâques ; résurrection du Christ), d'innombrables agneaux sont tués et mangés comme agneaux rôtis dans les pays chrétiens.
Mais la viande ovine est aussi consommée à d'autres occasions. En Suisse, les ovins sont exclusivement destinés à l'abattage et à la consommation humaine. La laine de mouton n'est ni à un prix compétitif, ni de qualité supérieure à la laine importée et est donc généralement détruite.

Lapins/lièvres

Comme les moutons, les lièvres et les lapins ont un destin similaire. Ici, cependant, il s'ajoute que beaucoup (aussi) sont gardés par des éleveurs amateurs dans des cages étroites , souvent même complètement isolées de leurs congénères. Celan empêche tout comportement social ainsi que la possibilité de se retirer et de jouer à l'instinct.

Animaux sauvages/gibier

Chevreuils, cerfs et d'autres animaux sauvages sont de plus en plus au menu. En même temps, leur habitat a été de plus en plus limité.
C'est pourquoi la plus grande partie du gibier provient aujourd'hui des fermes.
Voir à ce sujet l'article sur la chasse.

Homard

Bien que les défenseurs des droits des animaux luttent contre la cruauté envers les animaux depuis des années, les homards sont toujours servis lors d'occasions festives.
Les homards sont envoyés dans le monde entier avec leurs pinces attachées et doivent attendre leur mort pratiquement immobiles dans les cuisines. On les jette dans l'eau bouillante pour que leur viande devienne "bien rouge".

Chiens/chats

Ces animaux sont rarement mangés chez nous. Néanmoins, cela choque de nombreux consommateurs de viande. Quel est l'intérêt ?
Seule notre culture sectaire sauve habituellement ces animaux d'être tués et mangés. Il n'y a aucune raison objective pour laquelle vous devriez manger des porcs et caresser des chats de compagnie.
Le professeur Melanie Joy a inventé le terme de carnisme pour désigner cette division arbitraire du monde animal en animaux de boucherie et animaux domestiques. Car la classification sans fondements factuels repose davantage sur un système de croyances culturelles que sur une décision consciente.

 


Toutes les infos dans nos deux brochures à partager: Commandez ici gratuitement.